-
Yazarlarımız

La fête du sacrifice

Toutes les fêtes İslamiques ont un lien avec la vie de notre Prophète Muhammed(PBSL).  La plus connue d’entre-elles est probablement la fête du sacrifice, Aïd-el-Kébir ou Aïd-el-Adha en arabe. La « grande fête » dure quatre jours et indique la fin du pèlerinage à La Mecque. Dans le calendrier Musulman de 2014, cette fête tombera le 4 octobre.

 

Cette fête commémore la soumission d’Ibrahim à Allah, symbolisée par l’épisode où il accepte d’égorger son alors unique fils Ismail  sur l’ordre de Dieu. Après son acceptation de l’ordre divin, Allah Envoie l’ange Gabriel qui substitue au dernier moment l’enfant par un mouton qui servira d’offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d’Ibrahim à Allah, nous les familles Musulmanes sacrifions un animal selon les règles en vigueur et nos moyens. Le mouton est le plus courant. Nous le partageons avec les plus pauvres en signe de solidarité, d’assistance et de partage, valeurs fondamentales de l’Islam, que l’on retrouve dans les autres fêtes Musulmanes.

 

La veille de la fête, nous préparons nos recettes traditionnelles, nous nettoyons la maison en profondeur…

Tout doit être super propre pour la grande fête.

La journée de la fête commence par la prière à la mosquée, après laquelle tout le monde se souhaite bonne fête. Puis on passe chez les plus grands parents où toute la famille se réunit autour d’une table remplie de plats que les dames ont préparés avec amour et ensuite on se souhaite une bonne fête.

C’est après ce repas qu’aura lieu le sacrifice du mouton ou de la vache. Dans la majorité des cas, cela se passera à l’abattoir. Certains sacrifieront l’animal à la campagne, à plusieurs familles ou dans un jardin avec une autorisation de la commune. On peut aussi amener le mouton chez le boucher qui s’occupe de tout.

Beaucoup de Musulmans de nos jours préfèrent envoyer l’argent que coûtera un animal dans un pays défavorisé. Nous savons tous que certains enfants n’ont pas la chance de manger de la viande comme nous…

 

Après l’abattage, le tiers de la viande sera distribué aux personnes démunies. Et le reste sera mangé avec les invités que nous recevront.

 

Voilà en quelques mots la fête du sacrifice. Certains pensent que nous sommes des sauvages qui tuons les animaux.  Lorsque vous mangez un beefsteak,  on ne vous l’a pas abattu avant qu’il ne vienne sur votre plat ? C’est facile d’accuser les personnes sans savoir le sens et l’intérêt de l’action…

Parce que partager avec l’autrui c’est de la sauvagerie ?

 

J’espère que ce petit article répondra à vos questions relatives sur notre fête…

Sinon vous pouvez poser vos questions en commentant l’article, je n’hésiterai pas à y répondre.

 

Avec tous mes respects,

 

Arife Beyhan

2/10/2014

 

Facebookta yorumla

Arife BEYHAN

1979 yılında Liège'de doğdu ve 5 kız çocuklu Karamanlı bir ailenin 3’üncü kızıdır. Evli ve iki çocuk annesidir. Fransızca, İngilizce ve flamanca bilmektedir ve bir mağazada satış müdürüdür.

Bir cevap yazın

Başa dön tuşu